Blog & Idées

Le net repli du compartiment de l’énergie dans le sillage d'une forte baisse des cours du pétrole a retenu l'attention des investisseurs. Les cours du pétrole a cédé plus de 3%, le baril de Brent s'est rapproché de 52 dollars tandis que le brut texan est repassé sous la barre de 50 dollars.

L'annonce, largement anticipée, d'une prolongation pour neuf mois de l'accord de limitation de la production en vigueur depuis le 1er janvier à l'issue de la réunion ministérielle de ce jeudi à Vienne entre pa...

Rebond du pétrole et calme plat

Dans la lignée de la semaine dernière, la bourse de Paris a connu une séance sans tendance et termine en légère progression.

Le rebond des cours du pétrole a néanmoins permis à l’indice CAC 40 de clôturer au plus haut du jour.

Après l’euphorie de l’entre-deux-tours, l’actualité politique française avec la nomination du Premier ministre Edouard Philippe et la rencontre entre le Président Macron et la chancelière Angela Merkel n’a pas eu d’impact sur les marchés acti...

La première séance de la semaine aura été marquée par une certaine stabilité des indices de part et d’autre de l’Atlantique.

Le secteur du pétrole et du gaz a pesé tandis qu’au lendemain du G20 de Baden-Baden et à quelques heures du premier débat d’ampleur de la campagne présidentielle française, le reste de la cote observait les derniers développements politiques en Europe.

À la Bourse de Paris le CAC 40, bien qu’en légère baisse, sauvegarde ses 5000 points fraîchement acquis.

Les volumes échangé...

Sans tendance tout au long de la journée, l’indice parisien est parvenu à se maintenir en territoire positif en toute fin de séance.

Après un début d’année en hausse, les interrogations autour de la prochaine prise de fonction de Monsieur Trump et ses implications sur la politique monétaire américaine engendrent à présent une période de pause sur les marchés actions.

Au gré des changements de recommandations des analystes, la bourse de Paris a finalement terminé en ordre dispersé.

Airbus, Accor e...

05.10.2016

Les marchés ont poursuivi sur leur bonne dynamique pendant la séance européenne.

En effet, plusieurs éléments favorables ont permis au CAC 40 de repasser au-dessus des 4500 points.

Parmi eux, on relèvera l’accalmie sur le secteur bancaire où Deutsche Bank continue sa remontée à la surface.

Autre point positif : le pétrole qui surfe toujours sur la bonne dynamique de la réunion d’Alger avec un baril de Brent au plus haut depuis quatre mois.

La question qui revient est de savoir si le marché sera,...

La séance d’hier aura à nouveau été marquée par les deux principaux catalyseurs du moment : les banques centrales et le pétrole.

Concernant le premier, après la FED, c’était au tour de la BCE d’être sous le feu des projecteurs et la déception a été au rendez-vous.

En effet, alors que le marché n’attendait pas de mesures immédiates, il y avait toutefois l’espoir d’un discours accommodant et des indices pour l’avenir.

Même si Mario Draghi a rappelé pour la énième fois que la BCE pouvait en faire pl...

Le pétrole a repris ses droits hier. Principal catalyseur sur les marchés cet été, l’or noir était à nouveau sur le devant de la scène avec la publication des stocks aux Etats-Unis. Malgré une hausse assez franche des stocks, les marchés sont parvenus à résister et maintenir une partie des gains engendrés pendant la séance. L’échéance du discours de Yellen se rapproche et les investisseurs devraient ainsi se montrer prudents. La séance du jour sera toutefois plus chargée que ces derniers jours e...

En attendant Jackson Hole, le pétrole pousse les indices vers le haut

Soutenue par de nouveaux records à Wall Street et par un bond des cours du pétrole, la bourse de Paris a retrouvé le chemin de la hausse dans des volumes toujours limités.

Selon l’agence Reuters, l’Iran pourrait en effet trouver un terrain d’entente avec l’Arabie Saoudite sur un gel de la production lors de la prochaine réunion de l’OPEP fin septembre.

Le baril de Brent a ainsi logiquement grimpé et profité aux valeurs pétrolière...

Au cours d'un séminaire organisé par une grande institution financière anglo-saxonne en Chine, son Président a utilisé l'acronyme anglais suivant pour décrire l'instabilité des marchés : FOCBT. Ces cinq lettres représentent les sources de volatilité et d'attention pour les mois à venir. FOCBT sont les initiales pour FED, OIL, CHINA, BREXIT et TRUMP.
FED : le premier risque (ou opportunité d'ailleurs) pour les marchés obligataires et pour les marchés actions réside bien dans une hausse plus rapid...

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives