La Bourse de Paris évoluait en nette baisse (-0,84%) mardi alors que les investisseurs, revenant progressivement sur le marché au lendemain d'un jour férié au Royaume-Uni et aux Etats-Unis, prenaient connaissance des derniers développements politiques en Grèce et en Italie.

"La baisse des (valeurs) financières italiennes (lundi), la dégradation de la note chinoise par Moody's ou un G7 qui n'a pas permis de rassurer sur la volonté de Donald Trump de s'entendre avec les leaders des autres grands pa...

Le net repli du compartiment de l’énergie dans le sillage d'une forte baisse des cours du pétrole a retenu l'attention des investisseurs. Les cours du pétrole a cédé plus de 3%, le baril de Brent s'est rapproché de 52 dollars tandis que le brut texan est repassé sous la barre de 50 dollars.

L'annonce, largement anticipée, d'une prolongation pour neuf mois de l'accord de limitation de la production en vigueur depuis le 1er janvier à l'issue de la réunion ministérielle de ce jeudi à Vienne entre pa...

La première séance de la semaine aura été marquée par une certaine stabilité des indices de part et d’autre de l’Atlantique.

Le secteur du pétrole et du gaz a pesé tandis qu’au lendemain du G20 de Baden-Baden et à quelques heures du premier débat d’ampleur de la campagne présidentielle française, le reste de la cote observait les derniers développements politiques en Europe.

À la Bourse de Paris le CAC 40, bien qu’en légère baisse, sauvegarde ses 5000 points fraîchement acquis.

Les volumes échangé...

Le risque politique s’invite en bourse

Après avoir ouvert en légère hausse, le marché parisien a finalement effacé ses gains pour clôturer à l’équilibre. Outre Rhin, le DAX Allemand a conservé son avance tout au long de la séance pour finir en tête des marchés européens. En l’absence de Wall Street, restée porte close pour le President’s Day, les investisseurs se sont concentrés sur l’actualité politique et économique franco-européenne.

Les derniers faits marquants :

  • Selon les données fournies...

La semaine qui s’annonce sera marquée par de nombreuses statistiques, en particulier le PIB américain au T4 vendredi, par les premières mesures concrètes du président Trump et, également, par la décision de la Cour Suprême britannique demain à propos de la nécessité de consulter le Parlement avant de pouvoir actionner l’article 50.

C’est donc une semaine a priori volatile et marquée par un fort risque politique qui s’ouvre, ce qui ne dénote toutefois pas fondamentalement avec les quinze derniers...

Sans tendance tout au long de la journée, l’indice parisien est parvenu à se maintenir en territoire positif en toute fin de séance.

Après un début d’année en hausse, les interrogations autour de la prochaine prise de fonction de Monsieur Trump et ses implications sur la politique monétaire américaine engendrent à présent une période de pause sur les marchés actions.

Au gré des changements de recommandations des analystes, la bourse de Paris a finalement terminé en ordre dispersé.