Le marché à la gueule de bois

Le marché à la gueule de bois

 

Le rebond de la séance de mercredi n’aura pas duré et c’est sans surprise q ue les marchés ont renoué avec la tendance baissière dominante depuis le début du mois de janvier.

Au regard des pertes cumulées ces dernières semaines en bourse, on peut sans conteste parler de « bear market ».

Les craintes ne sont pas complètement infondées mais, clairement, il y a une grande part d’irrationnel en ce qui concerne la panique touchant les valeurs bancaires.

 

Les banques françaises, en particulier, sont saines, solides grâce au renforcement ces dernières années de la régulation, et offrent des perspectives de rentabilité tout à fait respectables.

 

Les inquiétudes légitimes à propos des banques italiennes ne peuvent en aucune façon s’appliquer aux banques françaises. Au regard des dernières semaines, on pourrait être tenté de faire le parallèle avec la crise de 2007-08. Ce n’est pas complètement aberrant. Il y a un problème d’endettement des agents économiques qui est indéniable.

Pour autant, un mois et demi de chute boursière importante ne signifie pas pour autant qu’une nouvelle crise financière est sur le point d’éclater dans les semaines à venir. En revanche, tout le monde s’accordera sur le fait qu’il y a une réelle crise de confiance.

 

La FED n’est pas à un paradoxe près. Lors de son audition hier, Janet Yellen a confirmé que la banque centrale s’intéresse de nouveau aux taux négatifs. Un discours assez surprenant quand on considère qu’officiellement la stratégie de politique monétaire américaine consiste à augmenter les taux. C’est certainement la preuve que le pari énoncé il y a quelques semaines de quatre durcissements monétaires en 2016 est inatteignable au regard des conditions macroéconomiques.

 

On pourrait croire que les craintes concernant la Deutsche Bank sont isolées.

Loin de là, Crédit Suisse suit la même trajectoire. L’action évolue à un plus bas de 27 ans tandis que le CDS à maturité cinq ans est de retour aux niveaux de 2012, en pleine crise de la dette souveraine européenne. Il semble que les investisseurs s’interrogent sur les capacités du nouveau PDG, Tidjane Thiam, à mener à terme son plan de restructuration du groupe.

 

2016 pourrait être l’année du retour de l’or sur le devant de la scène cf notre post du 5 février 2016 : L'or reprend il sa place de valeur refuge

L’once a grimpé de 50 dollars hier.

Le fait que la FED évoque la possibilité de taux négatifs n’est certainement pas pour rien dans cette belle progression. Clôture proche des 1250 $. La hausse a de fortes chances de se poursuivre alors que les investisseurs sont à la recherche de placements sûrs à 100%.

 

La seule chose que puisse espérer aujourd’hui l’investisseur en bourse est un rebond technique. Tout porte à croire que la tendance baissière va rester dominante. Pour le CAC 40, cela pourrait se traduire rapidement par une chute vers les 3850 points.

Principal focus du point de vue macroéconomique sur les ventes au détail aux Etats-Unis en janvier qui sont attendues par le consensus en hausse à 0,1% après -0,1% précédemment. Il y a une forte probabilité pour que l’estimation du consensus soit trop optimiste car les conditions climatiques extrêmes du mois dernier ont vraisemblablement pesé défavorablement sur cet indicateur.

 

Point d’analyse technique : zoom sur une valeur

 

L’avis présenté ci-dessous vous est communiqué à titre purement informatif, ne constitue pas un conseil d'investissement et ne doit en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s'engager dans un quelconque investissement. Ce contenu ne prend pas en compte votre situation financière et vos objectifs d'investissement. Veuillez lire attentivement l’avertissement rédigé en bas de cet email.

 

Analyse sur l'Eurostoxx

 

* Niveau de 8h30 - Pourcentage de variation relatif au fixing de la veille

** Dernier cours de clôture
*** Source Bloomberg au 12/02/2016

 

En dépit de la tendance fortement baissière depuis ce début d’année 2016, certaines banques pourraient se retrouver sous évaluées. Le secteur bancaire souffre en effet depuis l’été dernier d’une multitude de facteurs comme l’état de l’économie européenne, les futures régulations, les amendes liées aux litiges où même plus récemment l’impact que pourrait avoir les taux négatifs dans la zone euro.

Par exemple, Deutsche Bank a perdu près de 60% depuis Août dernier pourtant les fondamentaux sont meilleurs qu’en 2009 et 2011.

Sa valorisation actuelle pourrait donc paraître injustifiée. On peut donc trouver des zones potentielles de rebonds.

Sur le future Euro Stoxx Bank, un premier rebond parrait envisageable pour revenir sur le niveau des 100.

Toutefois au vue du contexte, une inversion de la tendance ne peut être envisagée à moins d’un retour sur le niveau des 125.

Attention également de ne pas être pris au piège d’un simple rebond technique.

 

Ce contenu vous est communiqué à titre purement informatif et ne constitue ni un conseil d’investissement, ni une offre de vente, ni une sollicitation d’achat, et ne doit en aucun cas servir de base ou être pris en compte comme une incitation à s’engager dans un quelconque investissement.

Les performances passées ne sont pas constantes dans le temps et ne préjugent pas des performances futures. Cette newsletter ne prend pas en compte votre situation financière et vos objectifs. L’investisseur est seul juge du caractère approprié des opérations qu’il pourra être amené à conclure. Les opérations de change (Forex) et certains des instruments financiers proposés par Prfots and Benefits présentent, en raison notamment de leur effet de levier, un fort caractère spéculatif et peuvent vous exposer à des risques de pertes supérieures au montant investi. Ils nécessitent un bon niveau de connaissances et d’expérience en matière financière. Ces produits sont destinés à une clientèle avisée pouvant surveiller ses positions de manière quotidienne voire plusieurs fois par jour et ayant les moyens financiers de supporter un tel risque. Il est impossible de garantir que les communications par messagerie électronique arrivent en temps utile, sont sécurisées ou dénuées de toute erreur, altération, falsification ou virus. Aussi, Profits and Benefits décline toute responsabilité du fait des erreurs, altérations, falsifications ou omissions qui pourraient en résulter.

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags