Et bien dansez maintenant !


Voici notre scénario contrariant pour l’EURUSD avant la BCE

Le risque de déception du marché est élevé car les mesures que pourraient annoncer la BCE sont déjà en parties intégrées dans les prix. Selon une récente enquête de Bloomberg, 100% des économistes interrogés considèrent qu’il y aura ce jeudi une nouvelle baisse du taux de dépôt et près de 73% anticipent un renforcement du QE. Si Mario Draghi ne parvient pas à surprendre positivement le marché _ à « sortir un lapin du chapeau » _ la déception des investisseurs pourrait aboutir à une hausse de l’euro/dollar à moyen terme.

Le marché étant positionné majoritairement vendeur, en particulier du côté des particuliers, on pourrait avoir un retour de balancier. Dans cette perspective, les principaux seuils techniques à surveiller sont à 1,1100 et à 1,1160 avant 1,1320 qui est une cible de plus long terme.

 

Les derniers faits marquants :

  • Le Japon est dans une situation économique qui se dégrade, prouvant une fois de plus que les politiques monétaires expansionnistes n’ont pas les effets escomptés. Dernier chiffre en date : la confiance des consommateurs en février a continué de chuté à 40,1 contre 42,5 précédemment et un consensus à 42,3. En revanche, tout va bien du côté du marché obligataire : les obligations souveraines du pays à 10 ans, à 15 ans, à 20 ans, à 30 ans et même à 40 ans évoluent toutes à des plus bas. On peut même anticiper avec certitude que l’obligation à 40 ans va prochainement tomber en territoire négatif. Aberrant !

  • La Banque d’Angleterre se prépare à l’éventualité du Brexit. La banque centrale prévoit des injections de liquidité afin d’alimenter le système bancaire national au cas où ce scénario noir venait à se produire. Le vrai risque est toutefois celui de la dislocation politique probable de l’UE et même de la zone euro dans la foulée d’un Brexit. Une sortie de l’UE n’étant plus tabou, d’autres pays pourraient suivre.

  • La Banque des règlements internationaux a souligné dans un récent rapport les risques qui pèsent sur l’économie mondiale, indiquant au passage qu’ils pourraient être accentués par le fait que les gouvernements sont désormais à court d’options de politique monétaire. C’est ce qu’on souligne depuis plusieurs mois. Sans politique d’investissement forte au niveau mondial, la politique monétaire est clairement inefficace.

 

À suivre aujourd’hui :

Une fois n’est pas coutume, avant la BCE, la séance boursière s’annonce plutôt calme avec assez peu d’indicateurs majeurs prévus aujourd’hui. Beaucoup d’investisseurs vont s’abstenir de prendre position. C’est d’ailleurs ainsi qu’il faut aussi interpréter la baisse du CAC 40 hier.

 

Côté britannique, la production industrielle est attendue en milieu de matinée avec un chiffre de 0,2% sur un an en janvier, contre -0,4% précédemment.

 

 

Point d’analyse technique : 

Analyse EURJPY


Depuis début mars, l’euro a su performer contre certaines paires, notamment le dollar et le yen. Cependant, l’annonce de la balance commerciale de la Chine a relancé la pression sur la monnaie européenne et a réorienté la paire à la baisse. L’EUR/JPY évoluait dans un canal baissier depuis août 2015 et le cross est sorti par le bas le 18 février, pour atteindre un plus bas à 122.06 le 1er mars, niveau non atteint depuis avril 2013. La paire a ensuite rebondi sur la borne inférieure du canal le 7 mars. Le MACD indique un signal d’achat et la paire pourrait revenir prochainement dans le canal. Il faudra se tourner vers la BCE demain qui "pourrait" décevoir les marchés et ainsi porter l’euro.

En cas d’action marquée de la BCE, le support à 122.50 sera rapidement atteint et à l’inverse le niveau des 125.00 sera visé.

 

 

 

 

 

 

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives