D'ici juillet ce sera long, très long!

 

Après les très mauvais chiffres US de vendredi dernier sur l’emploi, avec seulement 38.000 emplois créés pour le mois de mai, les marchés ont été quelque peu bousculés.

 

L’EURUSD est la première victime de cette statistique économique avec une hausse de plus de 200 pips dans la journée, en atteignant même les 1,14 au milieu de la semaine suivante alors que la paire phare oscillait depuis deux semaines entre 1,11 et 1,12.

 

L’indice français a logiquement répondu de manière inverse à l’EURUSD et a chuté de presque 100 points après le rapport des NFP en franchissant même le seuil des 4400pts. Du côté des indices américains, l’annonce a naturellement mal été reçue par les investisseurs mais cette semaine a néanmoins permis au S&P500 de se relancer et d’atteindre des niveaux très proches du record. Les indices finissent cette semaine dans un mouvement globalement baissier.

 

La FED interviendra la semaine prochaine et une nouvelle fois, la hausse des taux semble extrêmement compromise lors de cette réunion. D’ailleurs, les dernières enquêtes montrent très clairement que les investisseurs se tournent déjà vers les prochaines réunions pour pouvoir espérer une hausse des taux. Le Wall Street Journal a publié une enquête qui révèle que seulement 6% des économistes interrogés penchent pour une hausse des taux la semaine prochaine. On obtient tout de même 51% de favorable à une hausse des taux pour la réunion de juillet. Autant dire qu’une hausse des taux la semaine prochaine relèverait du miracle.

 

Les élections américaines de 2016 ont franchi un nouveau cap cette semaine. C’est mathématiquement fait pour Hilary Clinton qui devient officiellement la première femme à avoir remporté l’investiture de l’un des grands partis. En effet, le dernier « Super Tuesday » dans l’Etat du New Jersey, du Nouveau Mexique, du Dakota du Sud, du Montana et de la Californie a renforcé la candidate qui possède désormais un nombre suffisant de délégués. Le deuxième candidat démocrate, Bernie Sanders, a refusé de se retirer et souhaite poursuivre sa campagne jusqu’à son terme. On ne mesure toujours pas l’impact qu’aurait la prise de la fonction présidentielle par Donald Trump, en revanche on sait déjà que ça ne plairait pas à tout le monde et que l’impact sur l’économie pourrait être important.

 

Point d'analyse technique : zoom sur Daimler

 

 

 

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives