J-1 rebond du VSTOXX chute du GBP

Les investisseurs continuent d’espérer qu’un Brexit n’aura pas lieu.

C’est ainsi qu’on peut interpréter la bonne tenue des indices, en particulier du CAC 40 hier, bien que le mouvement haussier de lundi se soit un peu essoufflé.

Ils semblent être confortés dans cette croyance par les bookmakers anglais. Selon Betfair, la probabilité que le Royaume-Uni reste dans l’UE atteint 75% contre 25% pour le Brexit. Une telle estimation n’a rien de scientifique mais parait au moins rassurer sur le court terme les investisseurs. Néanmoins, attention, un retour dans le rouge des marchés est possible à tout moment, à la faveur de la publication de sondages défavorables au camp du maintien dans l’Union.

S’il y a bien un moment de l’année où il ne faut pas être présent sur le marché, c’est celui-là car les risques sont trop élevés.

Jeudi, dès 23h heure française, à la clôture des bureaux de vote outre-Manche, une forte volatilité sur le forex pourrait apparaitre car il est probable que les fonds spéculatifs cherchent à se positionner, en particulier sur la livre sterling.

Prudence, c’est le message à transmettre.

 

Les derniers faits marquants :

  • Assez peu de statistiques majeures hier. On notera la publication de l’indice ZEW allemand qui ne semble en aucune façon affecté par la perspective d’un potentiel Brexit. En effet, le sentiment des investisseurs est ressorti nettement en progression ce mois-ci, à 19,2 contre 6,4 en mai et un consensus à 4,7.

  • C’était la principale annonce du jour : la Cour allemande de Karlsruhe a donné son feu vert à la Bundesbank pour participer au programme OMT (Outright Monetary Transactions) de la BCE. Deux conditions strictes sont imposées : 1) les achats ne doivent pas être connus à l’avance ; 2) les montants doivent être limités dès le départ. Cette décision a eu un impact marginal sur les marchés financiers qui restent obnubilés par la perspective du référendum britannique.

  • Grèce, car il faut bien en parler. La tranche de 7,5 milliards d’euros a été versée officiellement au pays, lui permettant de rembourser ses créanciers.

 

A suivre aujourd'hui :

 

  • Marginal mais intéressant. L’Allemagne a prévu une émission obligataire à 30 ans. Taux précédent à 0,880%. On peut parier, sans trop prendre de risques, que le taux sera plus faible cette fois-ci. L’anormalité du marché obligataire continue !

  • Sur le front américain : plusieurs indicateurs du marché de l’immobilier pour le mois de mai, dont les ventes de logements existants, et également l’audition de Janet Yellen, présidente de la FED. Tout porte à croire qu’elle dévoilera assez peu d’indices à propos de l’évolution de la politique monétaire américaine, attendant prudemment l’issue du scrutin britannique. En cas de maintien du Royaume-Uni dans l’Union, notre scénario de base repose sur un statu quo de la part de la FED lors de sa réunion du mois de juillet en attendant la réunion suivante. La banque centrale considère toujours qu’elle pourrait opérer deux hausses de taux en 2016, ce qui parait fortement peu probable; nous nous positionnons sur une seule hausse.

Please reload

Posts Récents