Reparlons enfin d'entreprises...

Les places européennes ont clôturé en baisse vendredi, à l'exception de Londres.

L'attentat de Nice a réveillé des craintes sur l’évolution de l'activité dans les secteurs du transport et du tourisme alors que la saison estivale bas son plein.

 

Les bourses européennes clôturent toutefois en hausse sur la semaine dernière, soutenues par le dynamisme du marché du travail aux États- Unis et l'amélioration de la visibilité sur la situation politique en Grande-Bretagne et au Japon. Malgré une légère baisse vendredi, l'indice phare de la Bourse de Paris a progressé de 4,34% sur la semaine.

 

Du côté des valeurs, c'est Swatch group qui fait office de lanterne rouge vendredi après un avertissement sur ses résultats. L'horloger helvétique a sérieusement décroché à la bourse de Zurich publiant un bénéfice opérationnel en recul de 50 à 60% sur la base d'un chiffre d'affaire en baisse de 12% environ.

Le groupe explique cette contraction par des conditions difficiles sur des marchés clés comme Hong Kong, la France ou la Suisse.

 

A New York, la saison des résultats se poursuit. Le S&P500 a dépassé jeudi son record historique de mai 2015 malgré une baisse de 4,7% des croissances de bénéfice par action sur le deuxième trimestre. Les indices américains ont ainsi fêté leur troisième semaine consécutive de gains.

Sur la semaine le Dow gagne 2%, le S&P et le Nasdaq Composite progresse de 1,5%. Et cela malgré des résultats décevants dans le secteur bancaire, notamment ceux de Citigroup et Wells Fargo.

Il faudra en outre, rester attentif au dollar fort qui pourrait pénaliser les exportations américaines et qui pèse déjà sur la production industrielle.

Les retombées négatives des effets de change peuvent faire douter d'un rebond des résultats sur la deuxième partie de l'année.

 

Même si elle reste sous pression, l’économie chinoise a mieux résisté au deuxième trimestre qu'anticipé. Le rebond de la consommation des ménages sur la fin du trimestre a permis au PIB de se hisser à 6,7% de croissance annualisée contre 6,6% attendu.

 

Bien que le Bureau national de statistique soit optimiste sur la capacité de l’économie chinoise à atteindre ses objectifs, la faiblesse des investissements privés laisse penser que de nouvelles mesures de relance pourraient être mises en place dans les mois à venir.

 

Enfin, la tentative de putsch avortée dans la nuit de vendredi à samedi à Ankara a incité la banque centrale de Turquie à annoncer dimanche qu'elle prendrait toutes les mesures qui s'imposeraient pour préserver la stabilité financière du pays.

Elle pourrait dans un premier temps relever le plafond sur les dépôts en devises qui est actuellement de 50 milliards de dollars.


 

 

Cette semaine nous serons particulièrement attentifs jeudi au discours du président de la BCE, Mario Draghi. A noter que les publications sur l'indice manufacturier de la FED de Philadelphie et les ventes de logement auront lieu le même jour au États-Unis.

Please reload

Posts Récents