Dubitative BCE

La séance d’hier aura à nouveau été marquée par les deux principaux catalyseurs du moment : les banques centrales et le pétrole.

Concernant le premier, après la FED, c’était au tour de la BCE d’être sous le feu des projecteurs et la déception a été au rendez-vous.

En effet, alors que le marché n’attendait pas de mesures immédiates, il y avait toutefois l’espoir d’un discours accommodant et des indices pour l’avenir.

 

Même si Mario Draghi a rappelé pour la énième fois que la BCE pouvait en faire plus si besoin, il a aussi affirmé que la possibilité d’une extension du QE n’avait jamais été évoqué. Cette déception ne devrait toutefois pas trop impacter les marchés.

Les attentes ayant été faibles, il s’agira juste de passer outre cet effet d’annonce.

C’est après ces déclarations décevantes que le deuxième catalyseur du moment est entré en scène.

En effet, les marchés ont été agréablement surpris par la chute des réserves de pétrole américaines. Cette annonce à l’opposé du consensus a permis à l’or noir de bondir avec un Brent qui flirte à nouveau avec les 50 dollars.

Les marchés ont salué ce mouvement et pu rattraper une partie de leurs pertes.

Reste à savoir ce qui animera les marchés la semaine prochaine alors que les banques centrales devraient se faire discrètes.

 

Les derniers faits marquants :

 

  • Les stocks de brut américains ont chuté de plus de 14 millions de barils la semaine dernière, soit la plus importante baisse hebdomadaire jamais enregistré depuis 1999. La tempête tropicale Hermine a fortement bousculé les importations. Les importations dans la côte du Golfe des Etats-Unis a chuté à 2.48 millions de barils par jour. Dans l'ensemble, les importations de brut américains ont chuté la semaine dernière de 1,7 million de barils par jour. Les prix du pétrole, déjà renforcé par l’Iran la veille, ont grimpé jusqu’à $47.40.

  • La Banque centrale européenne a maintenu ses taux d'intérêt au plus bas et gardé la porte ouverte à plus de relance jeudi mais n’a pas donné beaucoup d’indications sur son prochain mouvement, décevant les marchés. La banque centrale de la zone euro a maintenu son taux de dépôt à -0,4%, le seul taux qui avait des chances d’être rabaissé. L’extension de du programme de rachat d’actifs au-delà de mars 2017 n’a pas été au gout du jour et les marché n’ont pas apprécié.

  • Apple a pesé hier sur les actions américaines, il n’y a pas eu de grosse surprise lors de la Keynote et les marchés ont été dubitatifs. Un nouveau bouton, deux objectifs et des écouteurs sans fils, les investisseurs d’Apple s’étaient habitués à beaucoup mieux lors des précédentes conférences. L’innovation n’est pas au rendez-vous, la magie n’a pas opérée, l’action a été sanctionnée en perdant 2.3% en fin de journée hier.

 

A suivre aujourd'hui :

  • La journée sera très pauvre sur plan macroéconomique. Le Canada sera toutefois à l’honneur avec des chiffres sur l’emploi et les mises en chantier pour le mois d’août.

  • Côté américain, seul indicateur à suivre, les stocks de grossistes attendus en légère progression de 0,1%. 

Please reload

Posts Récents