Morning Meeting du 10 Janvier 2017

 

À quelques jours des premiers résultats annuels, les marchés marquent le pas.

 

Lundi, les bourses de Paris et de Francfort ont terminé légèrement en baisse. Les volumes d’échanges encore faibles, 2,5 mds€ pour le CAC 40, laissent penser que les opérateurs privilégient un biais prudent à l’approche de la saison des résultats annuels qui débute cette semaine.

 

Sur le marché français, les banques sont les premières à marquer le pas avec une chute de plus ou moins 2% pour les trois principaux établissements financiers. Ces derniers ne publieront pas leurs résultats avant la première quinzaine de février mais leurs homologues nord-américains commencent dès cette semaine avec JP Morgan, Wells Fargo et Bank of America vendredi.

 

Le secteur a énormément rebondi ces derniers mois pour atteindre des niveaux record, la moindre déception sur les résultats ou les prévisions à venir pourraient donc causer des dégagements massifs qui ont incité les investisseurs les plus prudents à prendre une partie de leurs bénéfices hier.

Autre baisse remarquable du jour, le groupe Total qui a chuté avec le prix du baril de Brent, lui-même en baisse de plus de 3% à 55,4 USD. Plusieurs informations émanant d’analystes indépendants et d’organismes officiels font état d’une augmentation du nombre de forages aux Etats-Unis ainsi que d’une augmentation de la production de pétrole en Iran et en Irak. Autant

d’éléments qui mettent à mal les décisions prisent ces derniers mois par l’OPEP pour réduire sa production en vue de faire remonter les cours.

 

En Allemagne, le rebond de Volkswagen qui semble toujours plus près d’un accord avec les autorités américaines sur les suites du Dieselgate, n’a pas suffi au Dax pour repartir de l’avant. Outre les dégagements sur Deutsche Bank, le groupe Fresenius Medical a été lourdement sanctionné après avoir été convoqué par la justice américaine dans le cadre d’une enquête aux Etats-

Unis. Autre poids mort du jour pour l’indice allemand, Lufthansa qui s’écroule après avoir déclaré souhaiter augmenter ses capacités et donc ses charges en 2017.

 

Pour finir ce tour d’horizon européen nous pouvons souligner le nouveau plus haut historique atteint en clôture par Londres à plus de 7234 points. De nouvelles rumeurs quant à la ligne directrice choisie par le gouvernement anglais pour les négociations à venir sur le Brexit ont de nouveau entraîné la livre Sterling au plus bas, ce qui laissent présager de gains de changes

conséquent pour les groupes britanniques exportateurs.

 

Aux Etats-Unis, l’indice Dow Jones qui intègre principalement les grands groupes industriels et financiers a clôturé en légère baisse tout comme le S&P 500 tandis que l’indice Nasdaq des valeurs technologiques a clôturé lui en légère hausse.

Même si les craintes quant aux annonces de résultats à venir et les cours du pétrole évoqués plus haut ont pesé ici aussi, c’est surtout

l’attente quant au discours que doit tenir le nouveau Président Donald Trump mercredi qui a marqué la séance.

Les spéculations vont bon train quant aux premières annonces concernant la déréglementation dans le domaine de la finance, de l’énergie, de la santé mais aussi des possibles restrictions sur le commerce extérieur. Autant de domaines pour lesquels des mesures chocs avaient été annoncées durant la campagne électorale par le gagnant surprise des présidentielles américaines.

 

Aujourd'hui, les marchés n’auront pas beaucoup de publications économiques pour les aider à prendre position. Notons tout de même que ce matin l’indice des prix chinois est ressorti inférieur aux attentes à 2,1% contre 2,3% attendu. Ce soir, aux Etats- Unis, sera publié le rapport JOLTS sur les nouvelles offres d’emploi attendu en hausse.

 

La bourse de Tokyo a clôturé en baisse tandis qu’en Chine les marchés évoluaient en ordre dispersé avec une légère baisse de Shanghai et une hausse de Hong Kong.

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives