BCE, attention danger!

 

Ce qu’il faut retenir du discours de Mario Draghi hier :

 

1. La BCE va reconsidérer sa politique monétaire en mars. Deux critères seront déterminants pour juger de la nécessité d’une action : l’impact de la faible inflation importée sur la formation des prix dans la zone euro et l’état de la transmission de la politique monétaire au système financier et en particulier aux banques. Nous considérons que la BCE pourrait abaisser d’au moins 10bp son taux de dépôt et élargir le montant annuel du programme de rachats d’actifs de 10 à 20 milliards EUR.

 

2. Mario Draghi appelle de nouveau les gouvernements à soutenir l’action de la BCE. Il a souligné, à raison, la nécessité d’engager des mesures étatiques de soutien à l’investissement et de baisse des impôts. Une vraie illumination keynésienne ! Bien qu’il s’en défende, il a certainement pleinement conscience des limites de la politique monétaire engagée. Le message qu’il a tenu s’adressait en particulier à l’Allemagne qui est l’un des rares grands pays de la zone euro à disposer d’une réelle marge de manœuvre budgétaire.

 

3. Mario Draghi est disposé à braver des tabous pour rassurer les marchés. Il a indiqué que la BCE est en discussion afin de savoir si elle peut accepter des prêts non performants comme collatéral (soit de la pure titrisation!!) ce qui permettrait de soulager les tensions qui sévissent sur le secteur bancaire européen mais entrainerait un risque majeur de devaluation obligataire pour aller au crack. Une telle option ne sera certainement pas du goût de la Bundesbank car cela ferait courir un risque aux contribuables européens."

 

Les faits marquants :

Nouvelle vague d’indicateurs chinois inquiétants: les exportations ont chuté de 11,2% en janvier contre un consensus à -1,8% et un chiffre de décembre à -1,4% tandis que les importations se sont effondrées de -18%.

Ces données corroborent l’hypothèse d’un ralentissement économique significatif du pays.

 

Chaque nouvelle séance apporte son lot de rumeurs sur le marché pétrolier. La Russie serait en discussion avec des pays membres de l’OPEP afin de discuter d’une baisse de la production.

TRADUCTION : la Russie négocie avec le Venezuela mais il n’y a rien à attendre pour le moment de la part de l’Arabie Saoudite qui va poursuivre sa stratégie de guerre des prix.

Un changement est encore moins probable alors que l’Iran vient d’envoyer à l’Europe sa première livraison de pétrole depuis la levée des sanctions.

Les acheteurs sont Total et des compagnies russe et espagnole.

 

Dans un contexte d’aversion au risque élevée et d’incertitude à propos de la politique monétaire des banques centrales, les investisseurs se ruent vers les valeurs refuge, ce qui avantage indiscutablement l’or depuis le début de l’année. Nous relevons, par conséquent, notre prévision pour l’or qui pourrait finir l’année à 1250 USD l’once, contre 1200 USD l’once précédemment.

 

À suivre aujourd’hui :

Sur le front européen, il faudra surveiller cette semaine la publication de l’indice ZEW aujourd’hui puis dans les jours suivants le compte-rendu de la dernière réunion de la BCE, le sommet de l’UE et enfin la confiance des consommateurs. Les prochaines séances s’annoncent très chargée pour l’euro et les indices européens.

 

Attention à la volatilité en intraday qui pourrait s’amplifier à la faveur du retour des investisseurs américains après les célébrations du « President Day ». Le marché reste très erratique et le rebond constaté hier à la Bourse de Paris ne doit pas induire en erreur les investisseurs. Le retour de la tendance haussière n’est pas encore pour maintenant.

 

Point commo :

Jeudi dernier, l’or a atteint son plus haut de l’année 2016 à $1263, niveau qu'il n’avait plus atteint depuis Février 2015. En cette période d’incertitude, les investisseurs ont tendance à se tourner vers les valeurs refuge à cause de l’aversion au risque et l’or en fait partie. Le cours de l'or a progressé de plus de 15% depuis le début de l’année bien aidé par un dollar affaibli. Après avoir atteint son plus haut jeudi dernier, le cours a subi une correction pour ensuite retomber sur le niveau psychologique des $1200 mais il évolue tout de même au-dessus de sa moyenne mobile 50 jours. Le RSI est supérieur à 70, une cassure à la baisse de ce niveau pourrait signifier la fin d’un « surachat » et pourrait ramener la paire sur le prochain niveau inférieur des retracements de Fibonacci qui se situe à $1180. En cas de rebond sur le support des $1200, le cours pourrait revenir sur son plus haut de l’année 2016 et les $1300 pourraient alors être rapidement testés

 

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives