L'utopie Saoudienne !

Le ministre saoudien, Ali al Naïmi, a déclaré qu’il s’attendait à ce que la plupart des producteurs de pétrole se soumettent à la proposition faite au Qatar la semaine dernière du gel de la production sur les niveaux de janvier. Néanmoins, il a rappelé que la production ne serait pas réduite, ce qui révèle la faible volonté de lutter contre la chute des cours du pétrole. Le ministre s’est justifié en avançant que le marché du pétrole allait se rééquilibrer. Les prix du pétrole en font les frais et chutent de nouveau.

La demande semble donc en bien mauvaise position de rattraper l’offre quand on sait que l’Iran et l’Irak tentent de retrouver leurs niveaux de production. Ainsi, étant donné la position ferme de l'Arabie Saoudite, un rebond durable de l'or noir semble difficile à croire.

La corrélation entre l'or noir et les indices étant forte ces derniers temps, le rebond qui tente de s'installer ces derniers jours pourrait être menacé.

Les derniers faits marquants :

Le maire de Londres, Boris Johnson, a annoncé la couleur pour la livre sterling avant même de débuter la semaine.

En effet, dimanche, le populaire maire de Londres s’est positionné en tant que partisan d’un « Brexit ».

La devise anglaise a fortement réagi face au dollar en tutoyant des niveaux qui n’avaient pas été atteints depuis 2009. Le référendum se tiendra le 23 juin 2016 et certains membres du gouvernement ont déjà pris position en faveur d’un Brexit notamment Michael Gove.

On risque de voir une pression baissière sur la livre sterling d’ici là. Boris Johnson inquiète dans sa capacité à rallier des membres, actuellement divisés, de son côté.

Les banques ont d’ailleurs rehaussé la probabilité d’un Brexit, la Société Générale anticipe un risque de 45% et la Citi est passée à 40%. Bien que le Brexit puisse présenter certains avantages, il est utile de se demander si les coûts engendrés par une telle manœuvre ne représentent pas plus que les bénéfices économiques qu’il pourrait apporter.

Le Royaume-Uni pourrait en effet souffrir d’une sortie de l’UE avec des accords commerciaux moins intéressants, ce qui impacterait directement les exportations et donc l’investissement.

Hier, le président de la BNS, Thomas Jordan, a déclaré que les moyens mis à disposition d’une banque centrale n’étaient pas illimités, prenant ainsi le contre-pied de Mario Draghi.

Il a également précisé que l’utilisation intensive et sur le long terme de ces moyens pouvait diminuer. De plus, selon lui, les politiques monétaires indépendantes au sein de la zone Euro avaient plutôt su tirer leur épingle du jeu et n’ont pas, contrairement à ce qu’il craignait, provoqué une ruée sur le numéraire. En Suisse, le PIB a augmenté d’environ 12% par rapport à son niveau d’avant la crise, en République Tchèque le PIB a progressé de 9%, ce qui montre bien les avantages d’une politique monétaire indépendante. Néanmoins, l’indépendance de la politique monétaire n’est pas un remède absolu, une grande capacité d’adaptation des entreprises joue aussi un rôle crucial selon Thomas Jordan.

À suivre aujourd’hui :

Sur le plan macroéconomique, la journée s’annonce relativement maigre avec seulement deux indicateurs outre-Atlantique : le PMI des services qui est attendu en légère hausse et les ventes de logements neufs qui sont, à l’inverse, attendues en légère contraction.

Les entreprises devraient prendre le relais sur la macroéconomie en cette fin de semaine avec plusieurs annonces de résultats attendues à commencer dès aujourd’hui par Airbus, Bouygues et Peugeot.

L’autorité bancaire européenne relance dès aujourd’hui une série de stress tests afin d’évaluer la capacité des banques à surmonter différents scénarios défavorables. Après avoir été dans l’œil du cyclone ces dernières semaines, le secteur bancaire sera à nouveau étroitement surveillé.

En effet, alors que certaines voix se sont élevées pour s’interroger sur la capacité de résistance des banques dans un environnement de faible croissance et de taux d’intérêts, le résultat de ces tests pourraient apporter un début de réponse pour rassurer ou rallumer la mèche ?

Calendrier économique du jour Heure Pays Indicateur Période Prévision*** Précedént Impact

08h45 FR Conf des conso Février -- 97 Fort 15h45 US PMI Services Février 53.6 53.2 Fort 15h45 US PMI Composite Février -- 53.2 Fort 16h00 US Ventes Logements neufs Janvier 520k 544k Fort

Calendrier économique des entreprises du jour

Nom Entreprise Période Prévision Airbus Group SE Résultat 2015 3.397 Bouygues SA Résultat 2015 1.055 Peugeot SA Résultat 2015 1.704 Target Corp Q4 2016 1.54 Lowe's Cos Inc Q4 2016 0.59 TJX Cos Inc Q4 2016 0.941 salesforce.com inc Q4 2016 0.191 Dollar Tree Inc Q4 2016 1.068

#GérantPrivé #Profitsandbenefits #Gestiondefortune #AuditdePortefeuille #PrivateWealthManagement #Commodities #BanquePrivée #BCE #MarioDraghi #GestionPrivée #Gestiondeportefeuille #WTIBrent #eurodollar #Brexit #IRAN

Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Pas encore de mots-clés.
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • LinkedIn Social Icon