Bilan 2015 des indices et les premiers échanges de 2016

 

Bilan 2015 des indices et les premiers échanges de 2016

 

 

  • EuroStoxx 50 3.267,52 points

  • CAC 40 4.637,06 points

  • DAX 30 10.743,01 points

  • FTSE 100 6.242,32 points

  • SMI 8.818,09 points

  • AEX 441,82 points

  • BEL 20 3.700,30 points

  • IBEX 35 9.544,20 points

  • DJIA 17.425,03 points

  • Nasdaq 5.007,41 points

  • S&P 500 2.043,94 points

  • Nikkei 225 18.450,98 points

 

De retour après le week-end prolongé du Nouvel an, les investisseurs seront attentifs lundi aux chiffres des immatriculations de véhicules neufs en décembre.

 

La publication de l'indice PMI du secteur manufacturier pour le même mois sera également suivie à 9h50.

Les économistes anticipent un indice à 51,6, un point haut depuis 21 mois, confirmant les données préliminaires publiées le 16 décembre.

L'Agence France Trésor procédera par ailleurs lundi à sa première adjudication de bons du Trésor à taux fixe et intérêt précompté (BTF) de l'année.

Du côté des entreprises, Orange et Bouygues occuperont le devant de la scène, alors que le Journal du Dimanche a rapporté que les deux groupes avaient signé un accord de confidentialité afin d'approfondir les négociations sur une éventuelle acquisition de Bouygues Telecom par Orange pour 10 milliards d'euros.

 

Marché Action

Les marchés d'actions européens, qui sont restés fermés vendredi pour les fêtes du Nouvel An, devraient ouvrir en baisse lundi pour la première séance de 2016, après la parution d'indicateurs économiques décevants en Chine qui ont entraîné lundi une chute des marchés asiatiques.

Les investisseurs attendent un début d'année difficile, marqué par une escalade des tensions entre l'Iran et l'Arabie saoudite et de nouveaux signes de ralentissement de l'économie chinoise, après une année 2015 qui s'est révélée décevante pour tous les segments.

En Europe, les investisseurs seront attentifs lundi aux indices PMI du secteur manufacturier dans la zone euro pour décembre, ainsi qu'aux chiffres de l'inflation en Allemagne.

Aux Etats-Unis, Wall Street a clôturé dans le rouge jeudi pour la dernière séance de 2015. L'indice Dow Jones Industrial Average (DJIA) a accusé une baisse de 2,23% sur l'ensemble de 2015, sa plus mauvaise année depuis 2008 lorsqu'il avait perdu près de 40% à la suite de la crise financière.

L'indice S&P 500 a également accusé un recul annuel, de 0,7%. Seul l'indice technologique Nasdaq a réussi à finir l'année dans le vert avec un gain de 5,7% sur l'ensemble de 2015.

Plusieurs indicateurs clés seront suivis de près cette semaine outre-Atlantique, notamment l'indice ISM du secteur manufacturier de décembre, lundi, et celui des services, mercredi. Les minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale paraîtront également mercredi.

Vendredi, le marché sera attentif à la publication du rapport mensuel sur l'emploi non agricole.

En Asie, les places chinoises ont clôturé plus tôt que prévu lundi après avoir accusé de très fortes baisses. L'indice Shanghai Composite a fini en baisse de 6,9%, à 3.296,66 points, l'indice Shenzhen Composite a chuté de 8,2%, à 2.119,90 points, et l'indice ChiNext a abandonné 8,2% également, à 2.491,27 points.

Au Japon, l'indice Nikkei 225 de la Bourse de Tokyo a terminé lundi en baisse de plus de 3%, à 18.450,98 points. L'indice a été pénalisé par une nette appréciation du yen, des statistiques décevantes en Chine et les tensions géopolitiques.

 

L'indice PMI chinois publié par Caixin Media pour le secteur manufacturier est ressorti à 48,2 en décembre, contre 48,6 en novembre. Il s'agit de la dixième baisse mensuelle consécutive. Ces chiffres remettent en cause l'efficacité de la politique d'assouplissement monétaire et d'augmentation des dépenses budgétaires observée par le gouvernement, indiquent les économistes.

 

"Nous n'avons constaté aucune amélioration sensible de la dynamique économique", souligne Xia Le, économiste chez BBVA Research. "Les petites et moyennes entreprises subissent des pressions accrues".

 

Marché Obligataire

Les prix des emprunts d'Etat européens devraient progresser lundi à l'ouverture, les investisseurs commençant la nouvelle année en recherchant des actifs jugés sûrs.

Les obligations du Trésor américain ont terminé 2015 sur une note robuste, soutenues par la demande de fin de mois des gérants de fonds. Sur l'ensemble de l'année, les prix des obligations ont reculé, après avoir fortement progressé en 2014. En revanche, les rendements, qui connaissent une évolution contraire à celle des prix, ont augmenté et le rendement du titre à deux ans a enregistré sa plus forte hausse sur un an depuis 2006.

 

Le rendement de l'obligation de référence à dix ans a en revanche inscrit une progression annuelle modeste, contrairement à ce que prévoyaient de nombreux investisseurs qui misaient sur une hausse beaucoup plus importante en cette année marquée par une nette reprise du marché du travail et le premier relèvement des taux d'intérêt depuis 2006 aux Etats-Unis. Le rendement du titre à dix ans s'établissait à 2,273% jeudi à la clôture.

La paire euro/dollar devrait subir de nouvelles pressions vendeuses cette semaine, tandis que le marché attend les minutes de la dernière réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine (Fed) mercredi. Punters s'attend à un ton restrictif laissant attendre de nouvelles hausses des taux d'intérêt américains, ce qui devrait soutenir le dollar de manière généralisée.

 

Marché des changes

Par ailleurs, la banque centrale chinoise a abaissé lundi le taux de référence quotidien du yuan onshore à 6,5032 pour un dollar, son niveau le plus bas depuis 2011, contre 6,4936 le 31 décembre. Le yuan peut évoluer dans une fourchette de 2% au-dessus ou en dessous de ce taux pivot. Le yuan onshore est tombé jusqu'à 6,5140 face au dollar lundi, son niveau le plus bas depuis avril 2011.

Pétrole

Le fossé qui se creuse entre l'Arabie saoudite et l'Iran fait monter les cours pétroliers en cette première séance de l'année 2016 et la prime de risque devrait persister tout au long de la semaine, à moins que la situation se stabilise, observe Daniel Ang, chez Phillip Futures. "Compte tenu des tensions géopolitiques accrues entre l'Arabie saoudite et l'Iran, le marché a attribué une prime aux prix à l'ouverture. Cela a permis une hausse des cours par rapport à la clôture de la semaine dernière", explique-t-il.

 

Le pessimisme prévaut toutefois sur le marché, ce qui devrait empêcher toute nouvelle hausse importante des prix et les cours devraient surtout être influencés par le niveau des stocks pétroliers aux Etats-Unis et l'évolution du dollar.

 

Vers 07h20, le contrat sur le brut léger doux coté au New York Mercantile Exchange gagnait 61 cents, à 37,65 dollars le baril, tandis que le contrat sur le Brent coté à l'ICE de Londres progressait de 64 cents, à 38,31 dollars le baril.

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives