Garre aux Oblig!

Contrairement à ce qui a été souvent évoqué en cas de victoire de Donald Trump, le marché reste parfaitement bien orienté.

Soutenu par les valeurs bancaires et malgré le repli du prix du baril de pétrole, le CAC 40 a fini nettement dans le vert (+0,43%).

 

Nous conseillons toutefois d’être très vigilant par rapport à l’engouement actuel des investisseurs qui ne repose sur rien de concret, puisque Donald Trump n’a pas encore dévoilé avec précision les mesures économiques qu’il souhaite mettre en œuvre dès février 2017, et surtout car les facteurs de risque restent importants, en particulier du fait du référendum constitutionnel en Italie et de la recapitalisation annoncée de Monte Paschi qui doivent intervenir la première semaine du mois de décembre.

 

Aujourd’hui, le marché a de grandes chances de suivre sa tendance haussière avant que des prises de bénéfice n’aient lieu dans les prochains jours. Les indicateurs américains attendus aujourd’hui (comme les ventes au détail et l’indice manufacturier de la Fed de New York) ainsi que les discours de Rosengren et de Fisher du FOMC devraient confirmer qu’une hausse des taux de la Fed est toujours probable le mois prochain, d’une ampleur de 25 points de base au maximum. Les propos tenus par Donald Trump à l’égard de Janet Yellen pendant la campagne ne sont pas, de notre point de vue, prompt à remettre en cause la voie tracée depuis plusieurs mois par la banque centrale américaine.

 

Les derniers faits marquants :

 

  • Sur le marché obligataire, le taux de rendement du 30 ans américain a dépassé le niveau de 3% pour la première fois depuis la hausse des taux de la Fed l’an dernier. Ce mouvement est une réaction immédiate à la victoire de Trump mais traduit aussi une tendance de fond qui a commencé au début de l’été. En effet, depuis juin dernier, les taux longs américains, qui servent de proxy au marché, ont connu une forte hausse du fait de l’augmentation des attentes d’inflation, elles-mêmes résultant d’une progression du prix global des matières premières. En ce sens, l’effet Trump sur l’obligataire souverain ne pourrait être qu’un épiphénomène comparé à la tendance de fond liée à l’inflation.

  • Encore l’effet Trump…Les valeurs bancaires en Europe étaient en hausse hier car les investisseurs s’attendent à la mise en œuvre de régulations financières moins strictes par le Républicain. La vigilance reste de mise face à l’engouement actuel, qui est en partie irrationnel. En effet, nul n’est en mesure de savoir quelles sont les mesures que Donald Trump souhaitera mettre en œuvre en priorité, sachant qu’il devra en plus composer avec un parti républicain qui est loin de lui être dévoué, en dépit de sa victoire à la présidentielle.

  • Du fait de la hausse de l’inflation, qui est inévitable au regard de l’état du marché des matières premières, l’or est notre actif favori pour 2017. La baisse hier de l’once d’or , coté XAUUSD, ne doit pas induire en erreur les investisseurs. L’appétit au risque actuel sur les marchés boursiers ne durera certainement pas.

 

A suivre aujourd'hui :

 

  • A surveiller ce matin pour les investisseurs positionnés sur l’AUD, le discours de Lowe, gouverneur de la RBA, à partir de 9h, heure de Paris. L’enjeu sera surtout de savoir s’il laisse la porte ouverte à une nouvelle baisse des taux directeurs, ce qui était encore d’actualité il y a quelques semaines de cela.

  • Sur le front américain : discours de Rosengren (13h30) et de Fisher (19h30), tout en sachant qu’une hausse des taux reste probable en décembre, et publication de l’indice de la Fed de New York et des ventes au détail (ventes brutes à +0,3% en octobre sur un mois selon le consensus).

 

 

 

 

 

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives