Timide et fragile en attendant la FED

 

Les principaux indices mondiaux ont clôturé la séance en territoire positif sans pour autant reprendre en totalité les pertes de la veille. Sans réel catalyseur, Le timide rebond semble plutôt technique en attendant le discours de la FED.

 

Les places européennes ont eu le mérite de rebondir après la chute de plus de 1% de l’Euro Stoxx. L’affaiblissement de l’euro face au dollar a aidé en ce sens. En effet, la baisse de l’euro de 0.60% autour des 1.226$ a profité aux valeurs exportatrices. De plus, le pétrole a progressé de manière significative. Le Brent et le WTI ont progressé de +2% boostant le secteur pétrolier. Les tensions au Moyen-Orient entre l’Arabie Saoudite et l’Iran laissent supposer une baisse de la production due à des problèmes d’approvisionnement.

 

Globalement, les investisseurs restent prudents avant la réunion de la FED de ce soir. Ils seront surtout attentifs au discours de Jerome Powell concernant le nombre de hausses des taux attendu dans l’année. Dans ce contexte, l’Euro Stoxx 50 a pris 0.51% effaçant la moitié des pertes de la veille.

 

En Allemagne, le principal indicateur de la journée a surpris tous les pronostics. Le moral des investisseurs s’est dégradé plus nettement que prévu ce mois-ci notamment en raison des tensions économiques. L’indice ZEW ressort à 5.1 en mars, au plus bas depuis 18 mois alors que les analystes prévoyaient une baisse de l’indice à 13. L’Allemagne est en première ligne dans cette potentielle guerre commerciale avec les Etats-Unis. En effet, une taxe de 25% sur les automobiles allemandes aurait un lourd impact sur l’économie du pays.

 

En France, le CAC 40 a rebondi ce mardi de 0.57%. Sans nouvelle macroéconomique marquante, le marché a connu un rebond technique réagissant favorablement à la baisse de l’euro et à la bonne tenue du pétrole. L’indice phare parisien a navigué entre les plus bas de la veille à 5210 points et a buté sur la moyenne mobile 7 jours autour des 5255 points dans des volumes faibles de 2.85 milliards d’euro.

 

Outre atlantique, les indices américains ont également connu une accalmie. Le rebond reste néanmoins modéré avec le Dow Jones gagnant 0.47%, le S&P 500 0.15% et le Nasdaq 0.27%.

Du côté microéconomique, Facebook perd encore du terrain après sa chute de plus de 7% de lundi. En séance, le titre a touché un point bas de 161.95$, son plus bas depuis septembre 2017. Hier, le régulateur britannique chargé de la protection des données privées a annoncé vouloir mener sa propre enquête et souhaite interroger Mark Zuckerberg.

 

Hormis cette enquête, tous les yeux seront rivés sur le discours du président de la FED, Jerome Powell ce soir à 19h. Le relèvement des taux d’un quart de point des Fed funds est déjà intégré dans les cours et n’aura que peu d’impact sur le marché. En revanche, les analystes vont scruter le discours concernant le nombre de hausses des taux. Certains investisseurs, compte tenu des récents indicateurs économiques décevants, misent sur un maintien à 3 hausses. D’autres analystes, quant à eux, craignent quatre hausses après le dernier discours du président de la FED.

Aujourd’hui en Europe, les marchés vont donc devoir patienter avant d’en savoir davantage sur la politique monétaire américaine, l’attentisme sera de rigueur…

 

 

 

Please reload

Posts Récents
Please reload

Archives